19 avril 2010

Imprévus

Un vendredi soir ensoleillé, un vendredi soir où c'est son papa qui va chercher l'Acrobate, un vendredi soir qui sent les vacances, où tout le monde part plus tôt, où l'air semble plus léger, plus facile à respirer. Un vendredi soir comme un autre et pourtant un peu différent, un vendredi soir où, en rentrant, je trouve un bouquet de roses sur la table, comme ça, parce que cela fait trois semaines que je joue les mères célibataires pour cause de réunions tous les soirs de la semaine, d'entraînements et de sorties pendant les week-ends, trois semaines que je cours et m'épuise, mais que je n'adresse aucun reproche à celui qui subit presque autant que moi et qui a aussi besoin de son sport préféré pour se décontracter et franchir le cap de la fin de l'hiver... Alors, un bouquet de roses, une baby-sitter et un très, très bon restaurant en tête-à-tête, à parler calmement de sujets qui étaient pourtant susceptibles de fâcher. Et deux amoureux qui rentrent tôt, ivres de fatigue mais heureux de cette soirée imprévue.

Un volcan qui se réveille, des aéroports qui s'endorment, un voyage prévu de longue date qui s'annule brutalement. Un week-end qui devait se passer à deux et qu'on passe finalement à trois, heureux d'être ensemble malgré la déception. Une longue promenade au parc, une sieste, un tricot coup-de-cœur terminé après cinq années de gestation, une visite matinale au marché, une invitation lancée au dernier moment, un très agréable déjeuner dans le jardin, le premier barbecue de l'année. Un dimanche qui sent les vacances et l'été, un dimanche qui n'aurait pas dû exister mais qu'on ne regrette sûrement pas, un dimanche qu'on savoure comme un bonbon, comme un cadeau du Ciel, comme un imprévu.

Un lundi de vacances scolaires au bureau, un téléphone qui sonne et sonne et sonne encore. Seule pour trois lignes, est-ce cela, l'esclavagisme moderne ? Un appel d'une collègue qui vient de changer de bureau et a un problème de mobilier. Un bureau dont on vide les tiroirs, dont on nettoie le plateau, avant que d'autres collègues ne viennent l'échanger avec le sien. L'occasion imprévue de faire un peu de ménage, de trier, de jeter, de repenser tout l'arrangement de la pièce. Organiser un tableau d'affichage pour les élus, bouger les meubles, faire de la place, de la lumière aussi. Sortir d'une pièce tout juste refaite les meubles entreposés là "temporairement", s'étonner du changement d'ambiance que cela apporte, de l'atmosphère plus sereine qui règne soudain, juste par la grâce de quelques morceaux de bois sombre évacués. Se féliciter de ce déménagement imprévu.

Recevoir un nouvel appel téléphonique, celui qu'on attendait de l'Amoureux, qui confirme que, faute de soleil méditerranéen, il ira avec ses amis goûter aux embruns du bout du monde. Être contente pour lui de ce départ improvisé qui ne connaît pas encore de date de retour. Se demander si on le rejoindra ou non pour le week-end ; décider ne ne rien décider et de se laisser porter par l'imprévu.

Rentrer dans cette maison parfumée de l'osso bucco qu'il a préparé avant son escapade, sortir la bouteille de Saint-Nicolas de Bourgueil de la cave, ainsi qu'il l'a indiqué, pour qu'elle ait le temps d'arriver aux 16 degrés idéaux. Et découvrir un colis sur la table du salon, rempli de petites (et moins petites !) attentions par une magicienne aimée - une petite pochette pour petits trésors de tricoteuse, quelques douceurs de salle de bain, deux pelotes d'un magnifique chocolat aux reflets violacés, et même un lapin-doudou pour l'Acrobate...

Doudou lapinou de Circé

Se réjouir d'être pour une fois la Reine de Cœur et non le lapin blanc d'Alice au pays des merveilles, devant ces cadeaux de non-anniversaire imprévu.

Penser en sirotant un verre de vin pendant que le dîner réchauffe doucement et que les pâtes cuisent que décidément, l'imprévu est un précieux ami dont les vertus restent trop souvent méconnues...

Posté par MamzelleHerisson à 21:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Imprévus

  • Un vrai plaisir de vous lire sereine, détendue. Les vertus du printemps ? Pourvu que cela dure, je suis sûre que tout le monde apprécie, Acrobate inclus !

    Posté par Nane, 20 avril 2010 à 17:10 | | Répondre
  • L'imprévu positif, j'adore aussi !!! malheureusement, il a eu tendance chez moi à prendre des tournures moins sympathiques...

    Posté par lelutinperlimpin, 21 avril 2010 à 08:09 | | Répondre
Nouveau commentaire