14 avril 2010

Tétanisée

Il y a quelques jours, un ami a partagé avec moi un article écrit par une de ses amies, sans se douter qu'il aurait sur moi l'effet d'un coup de gong dans un temple désert. Ces quelques lignes ont été pour moi une révélation, m’ouvrant certaines portes, me permettant d’entrevoir enfin la souffrance de celle qui m’a donné la vie, de comprendre certaines de ses contradictions quand j’étais enfant. Et dans un élan de folie, vite, vite, avant de réfléchir, avant d'hésiter, avant d'avoir trop peur à l'idée de sa réaction, vite, vite, je lui ai à mon tour fait suivre le lien, en lui parlant des réactions que ces mots avaient suscité en moi, et en lui demandant pardon pour toutes ces fois où je ne l'avais pas comprise.

Mon mail est resté sans réponse pendant plusieurs jours, sans que cela m'étonne. Ma mère n'est pas une grande sentimentale, et dans ce domaine, ce serait plutôt une taiseuse. Aucune allusion de quelque sorte que ce soit au cours de nos conversations téléphoniques de ces derniers jours, donc, aucune forme d'accusé de réception.

Et puis, hier, ironie de la vie, j'en viens à parler famille avec une amie. Qui finit par me faire remarquer que c'est étrange que, quand mes proches laissent filtrer des informations les concernant, je semble m'arrêter de respirer - surtout ne pas bouger, ne pas risquer de briser l'instant magique pour ne pas interrompre la confidence - quitte à ne pas en connaître tous les détails, et rester avec la tête pleine de questions. Je n'y avais jamais prêté attention, et pourtant, elle a raison. Je crois que c'est la même crainte de ne pas être réellement destinataire de ces révélations qui fait que, si je réponds volontiers aux questions qu'on me pose sur moi (sauf sur Internet :-)), j'en pose rarement aux autres. Non par manque d'intérêt, mais par peur de gêner, de déranger, de violer une intimité qu'on n'avait pas envie de partager avec moi.

Le hasard existe-t-il ? Ce matin, en consultant mes mails, je découvre un message en provenance de ma mère. Ma mère, la si secrète, qui me dit qu'il n'y a rien à pardonner, rien à excuser. Que la seule chose à faire, dans ces circonstances, c'est de poser les questions qui peuvent permettre d'améliorer sa perception de l'autre - surtout quand l'autre, c'est sa mère. Et qu'elle aimerait que je ne commette pas les mêmes erreurs qu'elle, pour ne pas regretter de ne pas les avoir posées quand il sera trop tard...

Dans un mois, je passerai quelques jours avec mon fils chez ma mère.
La dernière fois que nous nous étions ainsi retrouvées "seules", elle avait d'elle-même ouvert certaines portes. Je crois qu'elle est en train de me dire que, si je le souhaite, elle est prête à ouvrir les autres.
Et je me demande si j'aurai le courage de m'engouffrer dans cette brèche dans sa cuirasse qu'elle ouvre pour moi...

 

confidence

"La confidence", Jean-Baptiste Carpeaux, 1873.

Posté par MamzelleHerisson à 12:05 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


Commentaires sur Tétanisée

    En te lisant, j'ai l'impression de fils se dénouant doucement. C'est bon.

    Posté par telle, 14 avril 2010 à 21:23 | | Répondre
  • Et pourquoi pas ? le premier pas est souvent le plus difficile... mais qu'est-ce que cela peut soulager ensuite ! juste comprendre...

    Posté par lelutinperlimpin, 15 avril 2010 à 10:14 | | Répondre
  • Oui, oui, du courage, allez y ! Vous n'en manquez pas, ce n'est pas le moment de passer à côté ou devant des portes qui ont l'air si essentielles pour vous: elles s'entre-ouvrent, poussez-les de la main, de la question! Vous vous en voudriez, plus tard, de ne pas l'avoir osé, et vous en tirerez sûrement des raisons d'être plus forte dans vos relations de fille, de mère... et avec vous même !

    Posté par Nane, 15 avril 2010 à 12:01 | | Répondre
  • Non, le hasard n'existe pas, il faut être attentifs aux signes de la vie et tu les as tous perçus. J'espère que tu oseras te dénouer, ta mère vient vers toi et j'en suis heureuse pour vous.

    Posté par Névrosia, 16 avril 2010 à 11:33 | | Répondre
  • C'est une chance ... il faut la saisir ... avec courage !

    Posté par MeszL, 19 avril 2010 à 14:13 | | Répondre
Nouveau commentaire